En passant…

Juste un petit message en passant, car je ne sortirai le blog de son hibernation que quand nous aurons un véritable printemps et que nous aurons arrêté le chauffage ! ;o)

Je ne reblogue pas les articles que j’écris pour les Vendredis Intellos ces derniers temps, vous pouvez en retrouver quelques-uns ICI

Pour les plus anciens, vous pouvez les retrouver en tapant MajorMarmotte dans le moteur du site Les Vendredis Intellos !

Bonne lecture !

Mon p’tit livre

Un petit message en passant en attendant la fin d’hibernation du blog !

Si vous me suivez sur Twitter, vous avez sans doute vu que je parle parfois d’un petit livre que j’ai écrit.

Vous vous êtes sans doute demandé : mais de quoi elle parle encore ?

Voici la réponse :

Il s’agit d’un roman court au format numérique et qui est disponible sur Amazon (Kindle).  Les illustrations  sont de la talentueuse Weinissa.

Le voyage de Lisa et de l’homme qui n’arrive pas à rentrer chez lui

Un site internet est dédié au livre : www.levoyagedelisa.com

Vous pouvez trouver le livre ICI

Bonne lecture !!!

40 ans, l’âge de raison ?

Je sais, je sais, j’avais dit que je ne bloguerai pas avant le printemps, du moins sur ce site. Mais on est en 2015 !

Bonne année à tous !

Ce matin, alors que j’étais en pleine discussion avec une dame très (trop?) sérieuse, le jouet de mon fils oublié dans mon sac à main ce matin (le jouet, pas le fils…), a émis une phrase : « Tu veux jouer avec moi ? »

Source : Amazon.fr

Plutôt que rester stoïque, j’ai ri ! D’autant que ce satané jouet, quand on l’éteint te sort « Bon alors, salut ! » ou un truc du genre…

Cela a décrispé la conversation et rendu les choses plus simples, comme par magie.

Depuis, je me pose la question : pourquoi est-ce que je me sens toujours obligée d’être aussi sérieuse avec les gens, pourquoi j’évite de rire, pourquoi est-ce que je masque autant cette partie joyeuse qui fait partie de moi ?

Je ne sais pas quand cela a commencé, mais c’est sans doute à la fin de l’école primaire. Les grands qui venaient chercher leurs petits frères et soeurs le samedi nous racontaient que le collège, c’était du sérieux, on n’allait plus rigoler du tout.

Fini, le cocon de cette petite école magique où la créativité avait été boostée au quotidien (avant le changement de directeur…), fini les cours de chant après 15h30, fini les classes à double niveau et autres expérimentations farfelues qui font le bonheur des enfants.

Ils (les grands) n’avaient pas tort…c’était pas drôle du tout  le collège … même si ce n’était pas aussi horrible que cela pour la bonne élève que j’étais. Mais…je suis devenue sérieuse, très sérieuse, si j’en crois les appréciations laissées sur les bulletins de notes.

Je me suis longtemps demandée où était passée la petite fille de CP qui avait « fugué » avec une copine pour aller feuilleter des livres dans une librairie (en mentant à la « nounou » devant l’école : « oui oui, maman est au courant que j’y vais avec Marjolaine et sa maman »), la petite fille de même pas 10 ans qui a créé avec sa petite soeur un journal pour enfants qu’elle a eu le culot de vendre à ses copains de classe (chuuut….).

La réponse est : Elle est devenue sérieuse !

Elle a caché (enfoui) sa créativité et quand c’est devenu trop difficile, elle s’est mise à dessiner et elle a écrit en cachette, ou juste pour son frère, sa soeur et ses copines de classe. Ca a duré longtemps, très longtemps…

Voilà que je parle de moi à la troisième personne comme A. D. ! Ark, on arrête ça tout de suite…

A 33 ans, j’ai compris que ce n’était plus possible, que même si mes employeurs appréciaient vraiment mon travail, moi, j’étais malheureuse. Je me suis donc lancée dans l’aventure entreprenariale, mais trop quand même ! J’ai travaillé dans le même domaine, j’ai même eu mes anciens employeurs parmi mes clients. Et c’est à ce moment, que j’ai découvert que je n’avais même pas peur de parler en public, que j’adorais cela à condition que ce soit pour transmettre ou enseigner mon expertise… Toutes mes excuses d’ailleurs à tous mes anciens élèves d’avoir dû supporter mes débuts quand je pensais qu’il fallait tout le temps être sérieuse en public…

A la fin de l’année dernière, voyant dangereusement approcher les 40 ans, j’ai fait ma petite crise…Non, je me suis pas achetée une Porsche…j’ai créé une société dans un tout autre domaine que mon domaine d’expertise principal (mais dans un domaine où je rêvais de travailler avant le collège, hasard ?). J’y ai ajouté l’écriture…parce qu’on ne se refait pas, hein ?

Pendant des mois, cela n’a pas été facile, je ne me sentais pas légitime dans ce domaine-là, j’hésitais même à communiquer, j’avais peur de ne pas être prise au SERIEUX… Hooooo….moi, qu’on disait si sérieuse…

Et ce matin, quand ce petit jouet a dit, en plein milieu d’une discussion très sérieuse « Tu veux jouer avec moi ? », j’ai compris qu’il était peut-être temps d’être juste MOI, sans y ajouter ce sérieux, superflu qui ne me ressemble pas.

Oh oh oh, ne partez pas…on ne va pas se quitter sur une note aussi …. sérieuse ?

On n’arrête pas de jouer parce que l’on vieillit, on vieillit parce qu’on arrête de jouer

Source : »Inconnu » (qui a plus que jamais toute mon estime…)

[Dernier article] Ce n’est qu’un au revoir …

Depuis quelques mois, je poste très peu sur ce blog, par manque de temps. J’y parle parfois de mes projets pro, de coups de coeur de lecture, de moyens amusants d’apprendre, mais force est de constater que le blog s’essouffle.

J’ai envie de modifier tout cela, de créer quelque chose de nouveau, qui me ressemble plus, sous la forme d’un blog traditionnel ou d’un site, je ne sais pas encore.

Le compte Twitter associé à ce blog restera actif, pour la page Facebook, je ne sais pas encore…. mais le blog ne sera bientôt plus accessible pendant quelques semaines (mois ?), il en est donc de même pour la page Hellocoton.

Je continuerai à écrire bien-sûr pour les Vendredis Intellos de Mme Déjantée.

Merci de m’avoir suivi sur ce blog, merci pour les commentaires que vous avez postés pendant ces deux années et pour les mails envoyés.

Je vous dis à très bientôt !

PS: Si vous avez raté le petit livre que j’avais écrit pour mon petit garçon il y a plusieurs mois, il est ICI.

O comme Océanopolis

Si vous aimez l’Océan avec un grand O, si vous aimez le climat tropical mais que vous êtes intéressés par le climat polaire, si vous trouvez qu’une vingtaine de manchots sur une banquise c’est aussi impressionnant qu’un requin, alors Océanopolis est fait pour vous !

Situé à Brest, à la fin des terres pour les uns, au début des terres pour les autres, ce parc est constitué de 4 pavillons :

  • Un pavillon tropical avec un ascenseur panoramique pour frôler les requins !
  • Un pavillon polaire pour découvrir plein de manchots aussi bien sur la banquise que dans l’eau !
  • Un pavillon tempéré pour découvrir la flore et la faune des côtes bretonnes avec en petit bonus le spectacle du nourrissage des phoques.
  • Un pavillon biodiversité qui accueille des expositions temporaires.


En parallèle des classiques panneaux descriptifs des « poissons » et autres créatures marines, on peut jouer tout le long de la promenade culturelle, découvrir aussi bien la géologie que la biologie marine. Les enfants ont même le droit de plonger la main dans un petit aquarium guidé par un animateur !

C’est un endroit où nous aimons beaucoup aller en famille depuis plus d’un an même si nous n’habitons pas (encore) en Bretagne ! Il a ce côté magique d’une école géante où petits et grands ont soif d’apprendre.

Pour en savoir plus:
Le site internet d’Océanopolis

P comme le Parfum de la carotte

Vous recherchez une façon amusante de faire découvrir aux enfants les légumes du potager, la cuisine, la nature ou encore « la maudite chaîne alimentaire » ? Vous recherchez tout simplement une idée de sortie ciné en famille ? Je crois bien que j’ai trouvé ce qu’il vous faut !

Depuis Minuscule  et après l’échec cuisant de notre escapade ciné (un film en rapport avec des jouets), j’erre sur la Toile à la recherche de la perle qui nous permettrait de passer un bon moment au cinéma en famille ! Je l’ai trouvée et nous l’avons vu hier en fin d’après-midi : « le Parfum de la Carotte » !

Affiche « Le parfum de la carotte » Les Films du Nord

Derrière les 45 minutes d’animation annoncée par l’affiche du cinéma, se cachaient en fait 4 petites merveilles d’animation !

Dès le début de « la Confiture de carottes » de Anne Viel, nous sommes emportés dans le monde merveilleux  de Marmande et Marmelotte à la recherche d’un ingrédient essentiel à leur confiture.

La Confiture de carottes – Bande annonce de Les Films du Nord

Se succèdent ensuite deux autres courts-métrages, « La Carotte géante » de Pascale Hecquet et  »Le Petit Hérisson partageur » de Marjorie Caup tout aussi merveilleux.

Puis arrive, sans crier gare, « le Parfum de la Carotte » !

C’est l’histoire de l’écureuil qui accueille en bas de son arbre le lapin. L’un aime les noisettes et l’autre les carottes et ils en font des tonnes de petits plats alléchants qu’ils s’échangent volontiers ! Tout aurait été parfait grâce au cake d’amabilité du lapin si les petits tracas du quotidien de voisins ne s’en étaient pas mêlés ! Sans parler du renard et de la renarde qui ont décidé de s’installer dans la forêt.

Je ne vous en dis pas plus et vous laisse découvrir la bande-annonce qui nous a donné envie d’y aller !

Le Parfum de la carotte – Bande annonce de Les Films du Nord sur Vimeo.

 

Crédit image et pour en savoir plus:

http://www.lesfilmsdunord.com

M comme Minuscule

S’il y a une série d’animation à la télévision (ou sur DVD) qui fait découvrir de façon admirable la nature, les insectes et tout cela en rigolant, c’est bien la série de mini-épisodes « Minuscule: la vie privée des insectes » .

Cette série, produite par Futurikon (oui, oui, ceux des Mini-justiciers…) depuis 2006, nous fait découvrir le quotidien de la coccinelle, de la mouche, des fourmis, de l’escargot et de beaucoup d’autres ! Tout cela avec des décors réels dans lesquels sont incrustées des images de synthèse. Quand je dis quotidien, je parle des disputes, des bagarres, des taquineries, des actions de la coccinelle justicière et tout cela avec des bruitages que l’on s’amuse à imiter à la maison.

Alors, quand on a su que la série était adaptée en film « Minuscule : la vallée des fourmis perdues » et qu’il ne durait « que » 1h20 (durée quasi idéale pour notre enfant de 3 ans !), nous avons décidé de nous lancer ce matin dans….une sortie ciné en famille, la première à trois ! Et je dois dire que l’on a tous les trois…ADORE !

Crédit image: http://www.minuscule-dvd.com/

Nous avons contemplé des paysages magnifiques comme ceux du Massif des Ecrins et du Mercantour, nous avons retrouvé nos personnages préférés, nous avons été enchantés par la musique d’Hervé Lavandier, nous avons ri, nous avons eu peur parfois, nous avons été tristes aussi !

Alors, le pitch sera court car il vaut mieux que vous découvriez par vous-mêmes cette formidable aventure dans la nature :

C’est l’histoire d’un pique-nique interrompu brutalement en raison de…euh surprise, je ne vous dirais pas… donc interrompu pour une bonne raison. De ce pique-nique, il reste des fruits, des allumettes (?!), des broutilles et….une boîte de sucre roux ! Je devrais plutôt dire LA BOÎTE qui va tout déclencher : la rencontre entre la coccinelle et les fourmis noires, la découverte du SUUUUCRE par les fourmis noires….C’est la boîte qui va aussi les faire entrer en guerre avec les fourmis rouges !

Alors, pour conclure, je dis bravo à Thomas Szabo et Hélène Giraud, les formidables réalisateurs, pour ce bon moment passé en famille.

 

M comme Mine de rien

Mine de rien

Source: Gallimard Jeunesse

Ceci est ma contribution de la semaine aux Vendredis Intellos de Mme Déjantée sous le titre « Mine de rien, des livres qui font du bien ! ».

C’est en observant les lectures de nos enfants que l’on comprend, paraît-il, ce qu’ils sont en train de traverser.

Ces derniers temps, mon fils de 3 ans feuilletait régulièrement ce livre:

20140109_135941

En le relisant, j’ai découvert pourquoi j’avais mystérieusement -parfois- droit à un bisou après certaines colères : c’est ce que fait Trotro pour ne pas être privé de dessert ! Ah, s’il y a bien une menace que j’espère ne jamais proférer, c’est bien celle-là !

Comme il s’agissait du seul livre que mon petit garçon avait sur ce thème, j’ai donc décidé de l’emmener dans un « grand espace culturel » pour qu’il puisse en choisir un autre. Nous avons jeté notre dévolu sur celui-ci :

Dolto_Colères

Il s’agit de « Les colères » du Dr Catherine Dolto et Colline Faure-Poirée, dans la collection « Mine de rien » chez Gallimard Jeunesse.

Ce petit livre, aux illustrations colorées et expressives, a pour objectif, vous l’avez deviné, de permettre à l’enfant de mieux comprendre ses colères. Il est écrit à la première personne du singulier, le narrateur étant l’enfant qui lit. Dès le début du livre, le ton est donné et on entre rapidement dans le vif du sujet:

Quand on a une grosse colère, on sent des choses très fortes dans son cœur et ça fait mal[...]

Dans ces moments-là on n’arrive pas à dire ce qui ne va pas avec des mots, alors ça explose ! 1

L’enfant du livre compare sa colère à un gorille car sa maman a utilisé le terme « avoir son gorille » pour décrire la colère. Pour sa sœur, il s’agit d’une tigresse ! Tout au long du livre, l’enfant essaie de chasser son gorille avec des techniques simples, mais en sachant que l’on comprend très bien que ce n’est pas si facile et qu’il a droit d’être aidé.

Quand les grandes personnes comprennent pourquoi je suis en colère, mon gorille s’en va plus vite.1

Au cours de la lecture, nous (petit et grand enfant !) avons particulièrement aimé le passage suivant:

Finalement, une bonne colère de temps en temps, ça fait du bien et ça aide à mieux se connaître.1

Notre « expédition culturelle » a été plus fructueuse que je ne l’avais espéré car nous avons également déniché dans cette collection un petit livre magique que nous lisons désormais tous les soirs:

Dolto_Peur

Dans ce livre, les auteurs décrivent les différentes peurs que peut ressentir l’enfant : le sentiment de ne pas arriver à faire quelque chose, la peur des moqueries, les cauchemars, la peur de la nuit et de l’obscurité, l’angoisse de l’abandon, la peur de ne plus être aimé…Autant dire que ce livre regorge de situations auxquelles l’enfant peut être confronté au quotidien.

Pour chaque peur, l’enfant apprend à mettre des mots sur ce qu’il ressent et il peut utiliser une des solutions proposées.

Des images à la télévision, dans les livres ou au cinéma peuvent faire peur.[...] on peut en parler avec les grands, ça aide.2

Quand on a peur dans une maison, ça aide d’en faire le tour en tenant la main d’une grande personne, en regardant bien ensemble tout ce qui fait peur [...]2

Enfin, dans ce livre, on trouve des phrases tellement vraies, tellement évidentes qu’on oublie de les prononcer:

Les grandes personnes ont parfois peur aussi [...].Tout le monde a droit d’avoir peur.2

Si on n’avait jamais peur, on ne grandirait pas. [...] Chaque fois qu’on grandit un peu, on laisse des peurs [...] derrière nous.2

Et vous, que lisent vos enfants en ce moment? Quelles sont les lectures qui les aident à comprendre et à grandir?

Références:

1DOLTO Catherine Dolto, FAURE-POIREE Colline, Les colères, Collection Mine de rien, Giboulées, Gallimard Jeunesse

2 DOLTO Catherine Dolto, FAURE-POIREE Colline, La peur, Collection Mine de rien, Giboulées, Gallimard Jeunesse

Tag des Vendredis Intellos

Cette fin d’année est décidément marquée par les TAGs ! Voici le 3ème, il provient des Vendredis Intellos ! Tout le monde peut y participer alors n’hésitez pas !

Il suffit de répondre aux questions suivantes:

1. Comme parent, vous êtes plutôt cérébral (apprendre à lire en famille est votre devise !) ou du genre manuel (votre slogan : « Libérons la créativité de nos enfants » !) ?

Oh là là ! C’est difficile de répondre à cette question car je suis à la fois un parent cérébral et un parent manuel ! Un peu de chaque en fait : de la créativité cérébrale ?

2. Pour vous, un bébé est un mammifère ou un philosophe ?

Alors: un bébé est un mammifère philosophe !

3. Filliozat a dit qu’elle entendait trop souvent la phrase « J’ai tout essayé ! ». Croyez-vous qu’elle vous ait entendu ?

J’avoue que j’ai découvert ce livre aux 18 mois de mon fils quand je me suis sentie impuissante face à ce que je pensais être des colères inexpliquées. Il m’a beaucoup aidé ! Je devrais d’ailleurs le relire…hum !

4. Vous êtes dans l’équipe du roi Etre ou du roi Avoir ?

Etre sans hésitation !

5. Quelle phrase vous ressemble le plus ?

a. Je suis débordé(e) à la maison !

b. On n’est jamais mieux servi que par soi-même !

c. C’est pas juste !

Je suis débordée, je suis débordée à la maison, c’est pas juste !

6. Vous auriez une 201ème astuce à donner à une maman qui travaille ?

Ne jamais s’isoler en pensant que l’on arrivera à tout gérer seule : vive internet !

7. Pour tout savoir sur votre grossesse, vous préférez rire des mauvais côtés avec Marion McGuinness (Le Maxi best of grossesse et naissance de McMaman), avoir les explications classiques mais sérieuses de Laurence Pernoud (J’attends un enfant) ou obtenir les réponses à toutes vos questions grâce à Marjolaine Solaro (Ma grossesse en 300 questions / réponses) ?

Oh… vu que j’avais le Pernoud et que je me suis perdue dans ses pages, je crois que j’aurais franchement préféré un livre drôle qui m’aurait bien fait relativiser les moments difficiles !

8. Aletha Solter dit que son bébé comprend tout. Et vous, vous le comprenez votre bébé ?

Oh, je plaide coupable: pas toujours !

9. Le livre que vous auriez aimé écrire ?

a. L’Allaitement malin

b. L’Estime de soi, un passeport pour la vie

c. La Pédagogie Montessori

Sans hésitation: l’Estime de soi !

10. [Expression libre !] Alors, pourquoi ?

Pourquoi je lis les Vendredis Intellos (et que j’en fais partie) ? Parce que c’est génial tout simplement  de découvrir des livres, des articles, de discuter avec des parents qui se posent les mêmes questions que vous ou … pas du tout ! Parce que j’ai parfois l’impression que la douce rebelle isolée que je croyais être faisait en fait déjà partie d’un groupe qui n’avait pas besoin de critiquer pour exister. Les mots que j’ai envie d’utiliser pour décrire les VI sont : bienveillance, bien-être des enfants avant tout ! Merci Mme Déjantée pour cette merveilleuse idée !

Pourquoi faire partie de l’Association les Vendredis Intellos ? En plus de tout ce que je viens de dire, pour avoir accès à la bibliothèque volante ! J’adore ce concept de livres qui voyagent !

En retour, je taggue tout ceux qui lisent ce post ! Pas besoin d’avoir un blog, vous pouvez répondre sous forme de commentaire !

P comme Les Petits Einstein

Voici une petite découverte de ce mois de novembre que je souhaite partager avec vous.

Il s’agit d’une série d’animation «  Les petits Einstein » que mon fils adore.

J’avoue que j’étais assez sceptique face au nom donné. Oui, tous les enfants sont des petits génies, on le sait déjà…

Source: Amazon

Je me suis pourtant laissé prendre au jeu face au concept original :

-          Un air de musique classique que l’on retrouve tout le long de l’épisode,

-          Le tableau d’un artiste qui donne le « cadre »,

-          Un thème comme les animaux marins, les animaux de la ferme, l’espace…

 

L’objectif affiché de cette série est de permettre aux enfants de découvrir l’art et la musique classique à travers les expéditions des petits héros. Cette série fait partie de la lignée des dessins animés « intéractifs » : des questions sont posées aux enfants et ça marche !

Les personnages sont attachants. Le préféré de mon fils est : Fusée !

 

Pour en savoir plus (avec petits jeux « Inside » !) :

http://www.disney.fr/disney-junior/brand/petits-einstein.jsp